« Health Beliefs Related to Diarrhea in Haitian Children | Main | Emergency Appeal: Haiti Epidemic Warning and Rapid Response »

03/25/2010

TrackBack

TrackBack URL for this entry:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a01053695fa5c970b0120a97334e7970b

Listed below are links to weblogs that reference Summary Findings of Ground Assessment in Haiti: Immediate Action Required:

Comments

Feed You can follow this conversation by subscribing to the comment feed for this post.

Jgc310

Here is a proposal of translation into French of the above text, in case it might help spreading awareness.
(Please, review and correct my doubts about the "SMEs" acronym before posting).

Traduction rapide de "Summary Findings of Ground Assessment in Haiti: Immediate Action Required"

Méthode : Durée de l'évaluation : 5 au 19 mars. Evaluations en personne d'orphelinats, camps de personnes déplacées, et installations de santé, pris au hasard. Interviews ciblés d'autorités haïtiennes, de personnel du CDC ("Center for Disease Control and Prevention"), de représentants de l'USAID, du Département de la Défense US, de leaders de l'équipe de l'OMS/OPS, de personnel médical senior de la Fédération internationale de la Croix-Rouge, de hauts dirigeants de la Croix-Rouge Américaine, du médecin principal de World Vision, du médecin terrain principal de Samaritan's Purse, de personnel médical de Médecins Sans Frontières, d'une multitude d'intervenants d'ONG non-affiliées et de groupes bénévoles, de la communauté des affaires haïtienne, et de membres éminents de la communauté des expatriés.

Résultats :

- La majorité des abris fournis dans les camps de personnes déplacées consiste en draps et en bois recouvert de bâches.

- Bien que l'approvisionnement en eau ait souvent été chloré à des niveaux supérieurs aux standards pour l'eau potable aux Etats-Unis, plusieurs sites ont été identifiés où le contractant n'avait pas chloré l'eau. De plus, il a été noté par la FICR que les protocoles du Bangladesh n'étaient pas en place. Des récipients à couvercle fermés pour l'eau étaient rarement observés aux sites de distribution d'eau.

- Des postes de lavage des mains n'étaient pas disponibles dans la majorité des emplacements. Des programmes d'éducation à l'hygiène n'étaient pas mis en place partout.

- Des latrines à fosse ont été creusées. Cependant, il a été rapidement découvert que 30 minutes de fortes pluies inonde les fosses, et fait s'écouler le contenu des égouts à travers les camps. Cette vidéo, mise à la disposition de la FICR par la télévision irlandaise RTE, montre les dégâts causés par une pluie typique.

- L'équipe épidémiologie du CDC concentre son attention sur le soutien au Laboratoire National de Santé Publique d'Haïti et sur la surveillance médicale formelle. Ils ont déployé des "SMEs" ("Subject Matter Experts" (???), Experts du domaine) pour la lutte contre le paludisme et la dengue, mais reconnaissent un manque de priorité accordée aux maladies diarrhéiques. Il n'y avait pas de discussion de leur part sur ce qui était considéré comme le plus fort risque de déclenchement d'une crise : les maladies diarrhéiques. Le CDC a reconnu que davantage de données pour informer les efforts de veille étaient bienvenues, y compris des approches de veille informelles. Alors que la veille médicale formelle, en mettant de côté les questions de qualité des données, fournissait des informations sur la morbidité par maladie infectieuse, la santé publique ne disposait pas encore d'une évaluation claire des principales causes infectieuses de mortalité. Ils ont souligné qu'ils travaillent en Haïti à la demande du gouvernement d'Haïti et suivent leurs indications en intervention de santé publique.

- Toutes les ONG ou personnel non-santé publique interviewés ont indiqué qu'ils étaient préoccupés par les maladies diarrhéiques avec les pluies à venir. Le personnel de terrain expérimenté de MSF / Médecins Sans Frontières a reconnu que la veille médicale formelle n'aidait pas pour une alerte précoce, et ils ont accueilli favorablement l'idée d'approches de veille informelle. Ils étaient très préoccupés par la perspective de maladies diarrhéiques avec les pluies à venir. Ces réflexions étaient partagées par tous les autres groupes rencontrés.

- Il n'y avait pas de signe d'un plan de préparation spécifique à grande échelle pour répondre à des maladies diarrhéiques épidémiques. Il n'y avait pas de signe de capacité de réponse rapide pour déployer des contremesures (par exemple des sels de réhydratation orale, des antibiotiques, des liquides de perfusion intraveineuse) vers des "points chauds" signalant des augmentations substantielles de maladies diarrhéiques. L'entrepôt Promess facturait maintenant beaucoup de ses médicaments - il n'était pas apparent comment (si) il fonctionnerait du point de vue logistique dans un scénario de réponse d'urgence représenté par une épidémie de maladie diarrhéique. Il a été reconnu qu'ils disposent d'un gros stock de Pedialyte, cependant la question demeure de la vitesse à laquelle ces stocks pourraient être mobilisés dans le contexte d'une intervention d'urgence.

- Il y avait une capacité minimale de montée en puissance dans le réseau médical ad-hoc à Port-au-Prince. Ce réseau médical est principalement composé d'individus et de groupes d'intervenants qui dans de nombreux cas fonctionnent par rotation d'équipes entières de personnel médical, y compris le médecin-chef, toutes les une ou deux semaines, ce qui gêne toute tentative d'avoir une continuité opérationnelle. Le passage de témoin entre les équipes tournantes étaient un défi. Le réseau médical fonctionne sans conscience de la situation pour les événements de maladies infectieuses. En raison des contraintes de financement, cette vulnérabilité va augmenter avec la contraction des ressources médicales disponibles liée au départ des intervenants d'Haïti. Le départ possible de l'équipe de l'Université de Miami, par exemple, fermerait la seule unité de soins intensifs de néonatalogie à Port-au-Prince et la principale unité de soins intensifs pédiatriques utilisée pour recevoir les transferts d'enfants malades de façon critique.

- Sur la base de données de source ouverte remontant aux années 1950, la société haïtienne a connu des émeutes après des inondations, avec comme préoccupations citées l'absence d'abris, l'accès à l'eau potable et à la nourriture, et les risques accrus de maladie. Ces événements ont eu lieu dans le contexte d'instabilité politique. Certains pourraient faire valoir que la période actuelle s'y rattache. C'est un sentiment répandu sur le terrain qu'il y a un écart entre le financement fourni à Haïti et ce qui est effectivement mis à la disposition du public haïtien. Nous nous interrogeons sur ce qui pourrait arriver si les maladies diarrhéiques atteignent des niveaux incontrollés pendant la saison des pluies mineure et comment le public haïtien pourrait réagir si les enfants mourraient à des niveaux inhabituels même pour la société haïtienne.

Action :

Praecipio International considère que la situation présente une urgence imminente pour Haïti :
1. La maladie diarrhéique peut être prévenue
2. La maladie diarrhéique est un important tueur d'enfants si elle n'est pas contrôlée
3. Une épidémie incontrolée de maladie diarrhéique pédiatrique, avec des niveaux de mortalité inhabituels, pourrait devenir un important facteur contribuant à l'agitation civile.
4. Un déploiement immédiat de retour en Haïti pour initier un plan d'action est requis
5. Un Appel d'Urgence sera présenté par Praecipio International

The comments to this entry are closed.